#5 Retour sur ma retraite de méditation de pleine conscience

Vous avez été nombreux à me questionner sur ma dernière retraite silencieuse.
C’était pour moi la 2ème expérience au Moulin de Chaves en Dordogne.
C’est un très bel endroit, apaisant et ressourçant qui invite au travail intérieur.
Cette retraite était guidée par Stéphane Offort, instructeur bouddhiste et mbsr.

C’est à chaque fois une expérience incroyable, plutôt difficile et souvent douloureuse.
Se retrouver face à soi-même, sans aucune stratégie d’évitement possible n’est pas toujours confortable.
Dans la « vraie vie », lorsque nous vivons une émotion compliquée, nous avons souvent le réflexe de l’éviter : on appelle une copine, on finit la tablette de chocolat, ou on s’anesthésie devant Netflix, ou les 3 à la fois 😉
Lors d’une retraite de méditation de pleine conscience, il nous est justement demandé de rester avec nos émotions et nos sensations qu’elles soient agréables ou désagréables et d’observer leurs effets sur notre corps et sur nos pensées.
L’idée est véritablement de se connecter à son jardin intérieur et d’accueillir pleinement tous les invités qui frappent à la porte.
Le thème de cette retraite était d’ailleurs les émotions et les pensées.
Alors, pendant cette semaine, nous avons progressivement travaillé pour créer un espace de conscience à l’intérieur de soi, un espace où l’on peut voir sans regarder, entendre sans écouter, nous sommes à la fois présents à tout ce qui est là sans y poser une attention particulière.
Cette pratique demande beaucoup d’entraînement.

Une retraite silencieuse c’est également une ambiance paisible et posée qui favorise la réflexion et, pour ma part, la remise en question aussi. C’est un moment privilégié où le temps se ralentit brutalement et, pendant quelques jours, dans les moments libres de la journée, j’aime faire le bilan des mois passés et imaginer mon avenir et celui de Je me pause.
Même si ce n’est pas l’objet d’une retraite, je trouve qu’à chaque fois, le fait de se retrouver en tête à tête avec soi-même me procure le même besoin de faire les comptes.

En général, le planning est plutôt dense, voici le programme que nous avons suivi la semaine dernière :

6h00-6h30: réveil
7h00-8h00 : 1ère méditation guidée
8h00-9h00 : petit dej
9h00 – 10h00 : Karma Yoga aussi appelé travail contemplatif*
10h00 – 11h00 : méditation guidée
11h00 – 12h00 : Méditation individuelle
12h00 – 13h00 : Méditation guidée
13h00 – 15h30 : déjeuner – sieste – pause
15h30 – 16h30 : méditation guidée
16h30 – 17h30 : méditation individuelle
17h30 – 18h30 : Temps d’échange
19h00 : 20h00 : Diner
20h00 – 21h00 : méditation guidée
21h00 : dodo

*Le travail contemplatif correspond à une tâche que l’on fait chaque jour pendant 1 heure pour contribuer à la vie de la communauté, il s’agit en général des tâches ménagères des pièces communes, épluchage des légumes ou encore jardinage.

Cette fois-ci, j’ai choisi le jardinage et l’on m’a demandé de désherber les lavandes qui fleurissaient un massif. Bien sûr l’invitation est de faire cette activité en pleine conscience.

Malgré les douleurs physiques liées à la position, les inconforts émotionnels, cette expérience reste riche et importante dans ma pratique de la méditation et je dirai même indispensable dans ma fonction d’instructrice en méditation, et future instructrice MBSR.

C’est loin d’être une semaine de vacances farniente. On se sent même plutôt fatigué et en plus l’exploration intérieure demande de la rigueur et beaucoup d’attention.
Revenir sans cesse aux sensations, à l’ici et maintenant, sans laisser son esprit tyrannique nous emporter dans ses constructions mentales n’est vraiment pas de tout repos.

Malgré tout ça, c’est aujourd’hui pour moi la poursuite du chemin dans la connaissance de soi et je suis à chaque fois très fière de poursuivre cette voie.

By |2020-07-04T06:29:27+02:00juillet 3rd, 2020|Uncategorized|0 Comments

About the Author: