Emilie Euillet

Fondatrice de Je me pause

Instructrice en méditation de pleine conscience notamment auprès de la ligue contre le cancer 31,


Instructrice MBSR, programme de réduction du stress basé sur la pleine conscience.

Emilie Euillet

Fondatrice de Je me pause

Instructrice en méditation de pleine conscience notamment auprès de la ligue contre le cancer 31,

Instructrice MBSR, programme de réduction du stress basé sur la pleine conscience.

Depuis plusieurs années, je chemine grâce à la méditation.

Aujourd’hui, c’est devenu mon art de vivre, une pause nécessaire, un cadeau que je m’offre chaque jour et que j’ai toujours plus à cœur de partager.

En 2014 j’ai trouvé dans la méditation une aide inestimable. On venait de me diagnostiquer un cancer du sein. Chef d’entreprise et mère de famille, j’ai dû brutalement ralentir pour prendre soin de moi.

Alors j’ai appris à me connecter à mon corps, à mes ressentis, à mes douleurs, à ce qui demandait à être guéri en moi. Doucement, au fil des semaines, la méditation est devenue un soutien qui m’a permis d’affronter ce passage difficile et d’en sortir grandie, plus consciente, plus sereine et plus forte aussi.

Au fil des mois, cela est devenu une évidence : je devais partager cette richesse. Alors j’ai imaginé l’application Je me pause au service des patients, de leurs aidants et de l’ensemble des soignants.

J’ai ensuite souhaité devenir instructrice MBSR afin de déployer mon expérience dans différents contextes, en milieu hospitalier et auprès des personnes en quête de croissance intérieure.

Peu à peu, je prends confiance car je prends conscience de la justesse de ce chemin. Je poursuis cette transformation intérieure continuellement, notamment à travers des temps de retraite silencieuse plusieurs fois par an.

Je développe également d’autres pratiques de mieux-être et de libération, comme le ThetaHealing®, les Cercles de femmes… toujours dans cette volonté de soin et de reliance à l’autre.

Mon portrait chinois

Si j’étais un animal, je serais un papillon pour sa délicatesse et sa liberté de voler.

Si j’étais une plante, je serais une succulente pour sa capacité à survivre dans un milieu aride grâce à ses ressources intérieures.

Si j’étais une pierre, je serais une améthyste pour sa profondeur et son lien à la spiritualité.

Si j’étais une saison, je serais le printemps pour son énergie du renouveau.

Si j’étais un lieu, je serais une forêt pour son ancrage et la force des arbres.

Si j’étais une posture de yoga, je serais la posture de l’enfant pour la détente qu’elle m’apporte.

Si j’étais une odeur, je serais celle des fleurs de citronnier pour leur douceur et leur subtilité.

Si j’étais un mot, je serais la paix, de l’intérieur vers l’extérieur.

Si j’étais un mantra, je serais “Puissent les fleurs te rappeler pourquoi la pluie est nécessaire”